Le blogue

La transmission/reprise d’entreprise:
La nécessité d’interventions ouvertes et adaptées.

Par Louise Cadieux le 19 novembre 2013 / Aucun commentaire

Louise Cadieux est membre du conseil d’administration du Groupe Relève Québec. Comme membre-académicienne, elle animait la conférence « Différences intergénérationnelles : Mieux comprendre pour mieux transmettre » lors de la dernière rencontre-conférence du Groupe Relève Québec. Elle partage avec nous, ci-dessous, une réflexion sur le sujet.

Près du tiers des dirigeants actifs quitteront leur entreprise d’ici 2018

La transmission/reprise dans les PME est une problématique au goût du jour. À ce sujet, plusieurs études sont menées au Québec. Parmi celles-ci, nous en retenons deux. La première montrant que près du tiers des dirigeants actifs quitteront leur entreprise d’ici 2018 (MDEIE, 2010). La seconde indiquant que près de 15 % des nouveaux entrepreneurs envisagent la carrière par le biais d’une reprise que cette dernière soit familiale ou non (Fondation de l’Entrepreneurship, 2013).

Les problématiques les plus difficiles sont de nature humaine

Or, assurer la pérennité d’une entreprise est complexe, assez pour exiger une compréhension en profondeur des processus et des défis y étant liés, notamment pour les conseillers. D’autant plus que, se sentant en confiance, les chefs de PME en processus de relève prennent principalement conseil auprès de leur comptable agréé ou de leur fiscaliste alors que les problématiques qu’ils vivent le plus difficilement sont de nature humaine. (Cadieux et Brouard, 2009).

Deux grandes catégories de défis : transfert de la direction et transfert de la propriété

Défis liés au transfert de la direction :

  • favoriser la rencontre de deux projets souvent initiés séparément;
  • mobiliser les parties prenantes internes et externes;
  • assurer le transfert des compétences stratégiques et opérationnelles de la PME;
  • encourager la bonne communication entre cédant et repreneur;
  • amener le cédant à se retirer de la direction;
  • cristalliser le repreneur dans ses fonctions;
  • etc.

Défis liés au transfert de la propriété :

  • établir des objectifs financiers personnels et professionnels;
  • choisir le montage juridique ou fiscal le plus approprié;
  • assurer le financement du projet;
  • négocier et fixer la transaction.

(Cadieux et Deschamps, 2011).

D’abord, un autodiagnostic sur nos champs de compétences et nos limites

Ainsi, sans nier les compétences des différents types de professionnels offrant des services en relève, de par sa nature contingente, la transmission/reprise d’entreprise exige des interventions ouvertes et adaptées. Ce qui, de mon point de vue, commence par un autodiagnostic sur nos champs de compétences et nos limites. Pour quelles problématiques puis-je intervenir? Et pour quelles raisons devrais-je collaborer avec un ou des collègues provenant d’autres disciplines?

Voilà deux des questions de base que chaque intervenant devrait se poser avant et durant son mandat de sorte à accompagner le plus correctement possible le cédant et/ou le repreneur dans leurs démarches parfois respectives, parfois communes, empreintes de défis « humains ».

Pour rappel, chaque rencontre-conférence du Groupe Relève Québec est filmée. Et, en tout temps, tous les membres en règle ont accès à l’ensemble des vidéos passées. La vidéo de la conférence de Louise Cadieux – ainsi que ses diapositives – sont ainsi disponibles (pour les membres) en suivant ce lienVous n’êtes pas encore membre? Cliquez ici pour adhérer au Groupe Relève Québec.

  • Mot(s)-clé(s): , , , ,
  • À propos de Louise Cadieux

    Louise Cadieux est DBA Professeure titulaire en management à l'Université du Québec à Trois-Rivières Institut de recherche sur les PME.

    Lire tous les articles de

    Poster un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *