Le blogue

Savez-vous que votre « know how » est à risque? Comment assurer le succès des PME.

Par Susanne Durst le 7 mai 2014 / Aucun commentaire

Susanne Durst, PhD, University of Skövde animait la conférence Savez-vous que votre « know how » est à risque? Comment assurer le succès des PME lors de la dernière rencontre-conférence du Groupe Relève Québec. Elle partage avec nous, ci-dessous, une réflexion sur le sujet.

Le vieillissement de la population active confrontera bientôt les PME à un nombre de retraites qui ne pourront se voir compensées, à cause d’une relève beaucoup moins importante.

D’autre part, de nos jours, on considère le savoir comme étant la ressource stratégique clé pour pouvoir se développer et rester compétitif. Conséquemment, toute PME, qu’elle soit du secteur privé ou public, doit identifier une approche systématique et la mettre en œuvre pour mieux faire face à ce défi démographique et à ses conséquences possibles (internes et externes). Cette approche doit respecter la capacité de la PME à prendre les mesures nécessaires et sa capacité de survie.

C’est pourquoi toute compagnie devrait avoir une gestion proactive de son savoir : se concentrer sur sa conservation et son transfert, afin de réduire la menace de l’effritement du savoir. La planification de la succession et la gestion du savoir sont donc des aspects de première importance.

Si les PME échouent à relever ce défi, leur productivité organisationnelle est particulièrement à risque lors du départ d’employés occupant des postes stratégiques, postes qui, en général, ne peuvent être remplacés à brûle-pourpoint.

Par ailleurs, le départ d’employés expérimentés et de longue date de ces PME ne peut être compensé sans un certain dérangement. Il est fréquent que, dans les PME, les autres membres du personnel se répartissent le travail de l’employé retraité en plus de leur propre charge de travail, ou encore que le poste reste vacant. Conséquemment, la base de connaissances de la PME souffrira probablement d’effritement, particulièrement son capital humain et relationnel (social), puisque ce sont surtout les membres qui quittent la PME qui possèdent les connaissances tacites cruciales.

Le capital relationnel est plus difficile à transmettre puisque, en plus d’être de dimension professionnelle, il repose aussi sur la dimension personnelle. En outre, il n’est pas certain que ce dernier soit transférable.

Les PME doivent donc cibler une approche appropriée et la mettre en œuvre pour garder accès à cette ressource essentielle suite au départ de l’individu. Les remplacements sont d’autant plus entravés par un système de gestion du personnel inflexible et lent et par une planification inadéquate ou un manque total de planification de la relève, ce qui rend l’enjeu de l’effectif vieillissant encore plus considérable.

Susanne Durst a abordé cet enjeu dans son exposé.

Pour rappel, chaque rencontre-conférence du Groupe Relève Québec est filmée. Et, en tout temps, tous les membres en règle ont accès à l’ensemble des vidéos passées. La vidéo de la conférence de Susanne Durst – ainsi que ses diapositives – sont ainsi disponibles (pour les membres) en suivant ce lienVous n’êtes pas encore membre? Cliquez ici pour adhérer au Groupe Relève Québec.

À propos de Susanne Durst

Susanne Durst, PhD, University of Skövde. Ces centres d'intérêt de recherche sont: Transfert d'entreprises, les connaissances des dirigeants, le capital intellectuel et la gouvernance.

Lire tous les articles de

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *